MAGRITTE 2020 | PALMARES

MEILLEUR FILM

Duelles d’Olivier Masset-Depasse, produit par Jacques-Henri Bronckart (Versus Production)

MEILLEUR PREMIER FILM

Nuestras Madres de Cesar Diaz, produit par Géraldine Sprimont et Anne-Laure Guégan (Need Production)

MAGRITTE DE LA MEILLEURE RÉALISATION

Olivier Masset-Depasse pour Duelles

MEILLEUR FILM FLAMAND

De Patrick de Tim Mielants, produit par Bart Van Langendonck (Savage Film) et Jacques-Henri Bronckat (Versus Production)

MEILLEUR FILM ETRANGER EN COPRODUCTION

Sorry We Missed You de Ken Loach, produit par Jean-Pierre et Luc Dardenne et Delphine Tomson pour Les Films du Fleuve

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL OU ADAPTATION

Olivier Masset-Depasse et Giordano Gederlini pour Duelles

MEILLEURE ACTRICE

Veerle Baetens pour Duelles

MEILLEUR ACTEUR

Bouli Lanners pour C’est ça l’amour

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE

Myriem Akheddiou pour Le Jeune Ahmed

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE

Arieh Worthalter pour Duelles

MEILLEUR ESPOIR FEMININ

Mya Bollaers pour Lola vers la mer

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

Idir Ben Addi pour Le Jeune Ahmed

MEILLEURE IMAGE

Hichame Alaouie pour Duelles

MEILLEUR SON

Marc Bastien, Thomas Gauder, Héléna Réveillère et Olivier Struye pour Duelles

MEILLEURS DECORS

Catherine Cosme pour Lola vers la mer

MEILLEURS COSTUMES

Claudine Tychon pour Seule à mon mariage

MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE

Frédéric Vercheval pour Duelles

MEILLEUR MONTAGE

Damien Keyeux pour Duelles

MEILLEUR COURT METRAGE DE FICTION

Matriochkas de Bérangère Mc Neese, produit par Anthony Rey et Julie Esparbes (Hélicotronc)

MEILLEUR COURT METRAGE D’ANIMATION

La Foire agricole de Stéphane Aubier et Vincent Patar, produit par Vincent Tavier (Panique!)

MEILLEUR DOCUMENTAIRE

Mon nom est clitoris de Lisa Billuart Monet et Daphné Leblond, produit par Isabelle Truc pour Iota Production

MAGRITTE | Monica Bellucci à l’honneur

L’Académie André Delvaux et la RTBF ont le plaisir dannoncer que le Magritte dHonneur de cette 10e Cérémonie des Magritte du Cinéma sera décerné à la comédienne Monica Bellucci, la plus francophone et francophile des actrices italiennes.

D’abord, il y a un accent. Comme un chant qui la précède. Une modulation de la langue qui traduit la phrase la plus simple en dialogue de cinéma.

Il y a un accent, et il y a un regard. Un regard ténébreux, profond, transperçant. Un regard qui transforme l’instant le plus futile en moment de cinéma.

Monica Bellucci naît dans les années 60 dans un petit village d’Ombrie, au coeur de l’Italie. Elle s’évade en découvrant à la télévision les maîtres du cinéma italien, et les génies de la Nouvelle Vague. Elle en est sûre, le cinéma sera sa terre promise, lieu d’émancipation et de révélation. Pour arriver à ses fins, elle emprunte des chemins de traverse. Alors qu’elle étudie le droit, elle se lance dans le mannequinat pour payer ses études.

Pendant près de 10 ans, elle enchaîne défilés et shooting photos mais le cinéma reste son rêve. Alors elle prend des cours de théâtre, et patiemment, accepte des petits rôles en Italie d’abord, à Hollywood aussi, où elle incarne l’une des hypnotisantes concubines de Dracula pour Coppola. Sa carrière débute sous le signe de sa beauté, si incontournable qu’il serait vain de passer sous silence cette incarnation mythique, quasi mystique de la beauté latine au regard de braise et aux courbes voluptueuses.

En 1995, elle se révèle en France dans L’Appartement de Gilles Mimouni, qui lui vaudra une nomination aux César. Vont alors se succéder des rôles à la diversité étourdissante. Son itinéraire de cinéma est aussi riche qu’inattendu. De Cléopâtre à Perséphone, elle explore avec joie et curiosité autant d’univers de celluloïd qu’elle croise de cinéastes de talents, d’autant que les nombreuses langues qu’elle maîtrise sont autant de passeports pour le cinéma mondial.

Actrice adulée mais inclassable, elle navigue de films d’auteur en blockbusters, de Gaspar Noé aux Wachowski, en passant par Alain Corneau, Bertrand Blier, Giuseppe Tornatore, Mel Gibson, Rebecca Miller, Spike Lee ou encore, la jeune réalisatrice italienne Alice Rohrwacher, qui en fait l’héroïne de ses délicates Merveilles, Grand Prix du Jury à Cannes en 2014.

L’année suivante, elle surprend en James Bond Lady dans 007 Spectre de Sam Mendes, dynamitant l’image de la représentation des femmes dans les films du célèbre espion britannique, qui se met soudain à fantasmer sur une femme de son âge. Miracle au pays des héros ! Monica Bellucci, la cinquantaine admirablement naturelle, continue à irradier les écrans de sa beauté de madone, tout en enrichissant toujours un peu plus son répertoire.

Elle joue pour Kusturica, Lelouch ou Bertrand Blier, fait confiance à de jeunes auteurs et autrices comme le québécois Guy Edoin, Alice Rohwacher, justement, ou bientôt la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania, dont elle vient de terminer L’Homme qui avait vendu sa peau aux côtés du comédien belge Koen De Bouw.

Elle multiplie les expériences, portée par son regard curieux et malicieux. Elle s’essaie à la télévision, notamment avec la saison 3 de Mozart in the Jungle, ou en proposant de savoureux caméos dans Platane d’Eric Judor, ou encore dans Dix pour cent, qui laissent entrevoir un potentiel comique, encore peu exploité. Fin 2019, elle montait pour la première fois sur les planches pour interpréter des morceaux choisis de la correspondance de Maria Callas.

Une façon, une fois encore de s’inventer et se réinventer dans le regard des metteurs en scène qui lui permettent de réaliser jour après jour son rêve d’enfant.

Le 1er février prochain, l’Académie André Delvaux et la RTBF se réjouissent de consacrer cette personnalité exceptionnelle, qui succèdera en tant que Magritte d’Honneur à Raoul Servais, Sandrine Bonnaire, André Dussollier, Vincent Lindon, Pierre Richard, Emir Kusturica, Costa-Gavras, Nathalie Baye et André Delvaux.
Magritte du Cinéma > 10ème Cérémonie, le samedi 1er février 2020

La 10ème Cérémonie des Magritte du Cinéma récompensera les talents du cinéma belge le samedi 1er février 2020 au SQUARE à Bruxelles, et sera retransmise en direct sur La Deux (RTBF). C’est Kody qui officiera en tant que Maître de Cérémonie 2020.

www.lesmagritteducinema.com – info@lesmagritteducinema.com – #magritteducinema
Facebook – Instagram – Twitter

MAGRITTE du cinéma : l’affiche

af105b05-30ac-4068-8e7a-dae4f64fe9ab

L’Académie André Delvaux est fière de présenter l’affiche de la 10ème Cérémonie des Magritte du Cinéma. Une création signée Spencer.

Spencer fait partie de ces nouveaux acteurs de la rue qui utilisent l’art du pochoir comme forme d’expression urbaine. Passionné par l’image, l’artiste belge a choisi le pochoir pour raconter des histoires, celles qui ont marqué son enfance ou celles inspirées par sa passion pour le 7ème. Art.

Bon nombre de ses créations rendent ainsi un hommage vibrant au cinéma à l’instar de ses multiples portraits de Eraserhead. C’est d’ailleurs le personnage principal du film de David Lynch qui lui a inspiré son nom d’artiste, Spencer.

Noir et blanc ou couleur, son style est d’abord porté par des atmosphères ou des idées qu’il souhaite partager. Pour l’affiche des Magritte du cinéma, je me suis inspiré de la métaphore de l’œil et de la caméraMa volonté était de représenter le regard dans le cinéma, celui de la caméra, celui du réalisateur, celui des acteurs, celui des cinéphiles et des spectateurs. Dans ce regard, j’ai fixé l’élément référence de la Cérémonie : le trophée des Magritte du Cinéma.

Après Denis Meyers, Jean-Luc Moerman et Brecht Evens, c’est Spencer qui dessine une nouvelle page de l’histoire des Magritte du Cinéma et l’Académie André Delvaux s’en réjouit.

La 10ème Cérémonie des Magritte du Cinéma récompensera les talents du cinéma belge le samedi 1er février 2020 au SQUARE à Bruxelles. Cette cérémonie sera retransmise en direct sur La Deux (RTBF).
Magritte du Cinéma > 10ème Cérémonie, le samedi 1er février 2020

FIFF | Tentez votre chance et rejoignez le Jury Junior 2019 !

3a28dbd3-e8f4-428b-beef-f3e54fe7f517Le 34ème Festival International du Film Francophone de Namur se déroulera du 27 septembre au 4 octobre 2019. Chaque année, le Festival de Namur accueille un Jury Junior composé de jeunes cinéphiles afin de leur permettre de s’exprimer sur leurs préférences cinématographiques. Il s’agit d’une des nombreuses activités mises en place par le FIFF dans le cadre de son programme d’éducation à l’image, FIFF Campus.

Pendant une semaine, sept jeunes âgés de 12 à 13 ans sont pris en charge et encadrés par l’équipe du festival. Ces adolescents ont l’opportunité de visionner des films francophones, de rencontrer des acteurs et des professionnels du cinéma, de confronter leurs opinions avec celles d’autres jeunes, de débattre des différents thèmes abordés et aussi de développer leur esprit critique. Une expérience unique et inoubliable dans un contexte convivial!

 » Mon plus beau souvenir du FIFF, c’est le moment de la remise du prix. A ce moment précis, on est super excité et heureux pour le film qu’on a choisi. Ce que je retiens de cette belle semaine, ce sont les nombreuses rencontres enrichissantes avec des gens ayant la même passion du cinéma que nous mais surtout les fortes amitiés nouées avec les autres membres du jury. En bref, le FIFF c’est une merveilleuse aventure ! » 

Romain Van Den Steen (Collège Notre Dame de Bellevue, Dinant).

Le Jury Junior décernera le Prix du Jury Junior à son film coup de coeur lors de la Cérémonie des Bayard le vendredi 4 octobre 2019.

L’appel à candidatures pour la sélection de ce jury est dès à présent lancé et vise les élèves de 1ère année secondaire.  L’inscription se fait via le formulaire disponible ici. Le formulaire rempli est à renvoyer par e-mail à sophie@fiff.be. La sélection se fait en deux phases :

La présélection des membres du Jury Junior se déroulera le samedi 6 avril 2019 à 10h au Cinéma Caméo à Namur. Les candidats seront invités à assister à la projection de courts métrages à l’issue de laquelle les candidats recevront un questionnaire à remplir. Sur la base de la pertinence de leur réponse, le comité du festival retiendra 14 jeunes pour la sélection finale.

Les 14 présélectionnés seront ensuite reçus le mercredi 08 mai 2019 dans les bureaux du FIFF à Namur pour la sélection. Ils seront départagés par un Jury composé de pédagogues et de professionnels du cinéma pour ne retenir, au final, que les 7 heureux finalistes qui composeront le Jury Junior 2019. Les critères de sélection sont l’intérêt de l’adolescent pour le cinéma, sa personnalité et sa capacité à vivre en groupe.

Renseignements : Sophie Verhoest, e-mail : sophie@fiff.be, tél. 0496 89 49 08.
Infos  – Facebook

BAFTA | Le palmarès 2019

7ccd71aa0d39508661acb7e4c8d2e65bLa cérémonie britannique était présentée par l’incontournable Joanna Lumley. Elle a eu lieu ce dimanche au Royal Albert Hall à Londres. « Roma » d’Alfonso Cuarón remporte quatre récompenses dont celle du meilleur film et du meilleur film en langue étrangère, « La Favorite » de Yórgos Lánthimos rafle le plus de prix: 7.

Et finalement, le bipic « Bohemian Rhapsody » complète le tout avec 2 BAFTA’s.

Tous les résultats :

Meilleur film

  • BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike Lee
  • La Favorite de Yórgos Lánthimos
  • Green Book : Sur les routes du sud de Peter Farrelly
  • Roma d’Alfonso Cuarón
  • A Star Is Born de Bradley Cooper


Meilleur film britannique

  • Jersey Affair de Michael Pearce (II)
  • Bohemian Rhapsody de Bryan Singer
  • La Favorite de Yórgos Lánthimos
  • McQueen de Ian Bonhôte & Peter Ettedgui
  • Stan & Ollie de Jon S. Baird


Meilleure actrice

  • Glenn Close dans The Wife
  • Lady Gaga dans A Star Is Born
  • Melissa McCarthy dans Can You Ever Forgive Me?
  • Olivia Colman dans La Favorite
  • Viola Davis dans Les Veuves

 

Meilleur acteur

  • Bradley Cooper dans A Star Is Born
  • Christian Bale dans Vice
  • Rami Malek dans Bohemian Rhapsody
  • Steve Coogan dans Stan & Ollie
  • Viggo Mortensen dans Green Book : Sur les routes du sud


Meilleur actrice dans un second rôle

  • Amy Adams dans Vice
  • Claire Foy dans First Man – Le Premier Homme sur la Lune
  • Emma Stone dans La Favorite
  • Margot Robbie dans Marie Stuart, Reine d’Ecosse
  • Rachel Weisz dans La Favorite


Meilleur acteur dans un second rôle

  • Adam Driver dans BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan
  • Mahershala Ali dans Green Book : Sur les routes du sud
  • Richard E. Grant dans Can You Ever Forgive Me?
  • Sam Rockwell dans Vice
  • Timothée Chalamet dans Beautiful Boy


Meilleur réalisateur

  • Spike Lee pour BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan
  • Paweł Pawlikowski pour Cold War
  • Yórgos Lánthimos pour La Favorite
  • Alfonso Cuarón pour Roma
  • Bradley Cooper pour A Star Is Born


Meilleur scénario adapté

  • BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan de Spike Lee, David Rabinowitz, Charlie Wachtel & Kevin Willmott
  • Can You Ever Forgive Me? de Nicole Holofcener & Jeff Whitty
  • First Man – Le Premier Homme sur la Lune de Josh Singer
  • Si Beale Street pouvait parler de Barry Jenkins
  • A Star Is Born de Bradley Cooper, Will Fetters et Eric Roth


Meilleur scénario original

  • Cold War de Janusz Głowacki & Paweł Pawlikowski
  • La Favorite de Deborah Davis & Tony McNamara
  • Green Book : Sur les routes du sud de Brian Currie, Peter Farrelly & Nick Vallelonga
  • Roma d’Alfonso Cuarón
  • Vice d’Adam McKay

 

Meilleur premier film britannique pour un scénariste, un réalisateur ou un producteur

  • Apostasy de Daniel Kokotajlo
  • Jersey Affair de Michael Pearce (II)
  • A Cambodian Spring de Chris Kelly
  • Pili de Leanne Welham
  • Ray & Liz de Richard Billingham


Meilleur film d’animation

  • Les Indestructibles 2 de Brad Bird & John Walker
  • L’Île aux chiens de Wes Anderson & Jeremy Dawson
  • Spider-Man : New Generation de Bob Persichetti, Peter Ramsey & Rodney Rothman

 

Meilleure photographie

  • Bohemian Rhapsody de Newton Thomas Sigel
  • Cold War de Łukasz Żal
  • La Favorite de Robbie Ryan
  • First Man – Le Premier Homme sur la Lune de Linus Sandgren
  • Roma d’Alfonso Cuarón


Meilleure musique

  • BlacKkKlansman – J’ai infiltré le Ku Klux Klan (Terence Blanchard)
  • Si Beale Street pouvait parler (Nicholas Britell)
  • L’Île aux chiens (Alexandre Desplat)
  • Le Retour de Mary Poppins (Marc Shaiman)
  • A Star Is Born (Bradley Cooper, Lady Gaga, Lukas Nelson)


Meilleur film en langue étrangère

  • Capharnaum de Nadine Labaki
  • Cold War de Paweł Pawlikowski
  • Dogman de Matteo Garrone
  • Roma d’Alfonso Cuarón
  • Une Affaire de famille d’Hirokazu Kore-eda


Meilleur montage

  • Bohemian Rhapsody
  • La Favorite
  • First Man – Le Premier Homme sur la Lune
  • Roma
  • Vice


Meilleurs décors

  • Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald
  • La Favorite
  • First Man – Le Premier Homme sur la Lune
  • Le Retour de Mary Poppins
  • Roma


Meilleurs costumes

  • La Ballade de Buster Scruggs
  • Bohemian Rhapsody
  • La Favorite
  • Le Retour de Mary Poppins
  • Marie Stuart, Reine d’Ecosse


Meilleurs maquillages & coiffures

  • Bohemian Rhapsody
  • La Favorite
  • Marie Stuart, Reine d’Ecosse
  • Stan & Ollie
  • Vice


Meilleur son

  • Bohemian Rhapsody
  • First Man – Le Premier Homme sur la Lune
  • Mission Impossible – Fallout
  • Sans un bruit
  • A Star Is Born


Meilleurs effets spéciaux

  • Avengers: Infinity War
  • Black Panther
  • Les Animaux Fantastiques : Les Crimes de Grindelwald
  • First Man – Le Premier Homme sur la Lune
  • Ready Player One


Meilleur espoir

  • Barry Keoghan
  • Cynthia Erivo
  • Jessie Buckley
  • Lakeith Stanfield
  • Letitia Wright


Meilleur documentaire

  • Free Solo de Elizabeth Chai Vasarhelyi & Jimmy Chin
  • McQueen de Ian Bonhôte & Peter Ettedgui
  • RBG de Julie Cohen & Betsy West
  • They Shall Not Grow Old de Peter Jackson
  • Three Identical Strangers de Tim Wardle, Grace Hughes-Hallett & Becky Read


Meilleur court métrage

  • 73 Cows d’Alex Lockwood
  • Bachelor, 38 d’Angela Clarke
  • The Blue Door de Ben Clark, Megan Pugh & Paul Taylor
  • The Field Sandhya Suri & Balthazar de Ganay
  • Wale de Barnaby Blackburn, Sophie Alexander, Catherine Slater & Edward Speleers


Meilleur court métrage d’animation

  • I’m OK d’Elizabeth Hobbs, Abigail Addison & Jelena Popović
  • Marfa de Gary McLeod & Myles McLeod
  • RoughHouse de Jonathan Hodgson & Richard Van Den Boom

RADIO | Emission spéciale TINTIN (12/2)

TINTIN, le petit reporter à la houppe, fête ses 90 ans cette année. L’occasion pour CINESTORY de revenir sur la carrière cinématographique du mythique personnage créé par Hergé.

Bref rappel :

Il y a 24 aventures de Tintin réellement signées Hergé en Bande Dessinée. Trois séries complètes ont été présentées en dessin animé, et un total de sept long métrages. Ajoutez à cela des dizaines de jeux vidéos, sur console, PC ou smartphones !

TINTIN ET LE CRABE AUX PINCES D’OR (1947)

Film d’animation en noir et blanc, Tintin et le crabe aux pinces d’or fut la première œuvre cinématographique du personnage belge. Il suit planche par planche l’album de Hergé Le Crabe aux pinces d’or.

TINTIN ET LE MYSTÈRE DE LA TOISON D’OR (1961)

Réalisé par Jean-Jacques Vierne, ce film n’est pas adapté d’une des bandes dessinées de Hergé. Dans Tintin et le mystère de la toison d’or, le Capitaine Haddock hérite du bateau « La Toison d’or ». Un cadeau qui va l’emmener dans de sacrées aventures avec Tintin et Milou.

TINTIN ET L’AFFAIRE TOURNESOL (1964)

Ce téléfilm réalisé par Ray Goossens est adapté du dix-huitième tome de la série de bandes dessinées Les Aventures de Tintin. L’histoire est donc la même: le professeur Tournesol invente une machine à ultrasons qui pourrait devenir une arme destructrice. Lorsque ce dernier ainsi que le professeur Bretzel disparaissent, Tintin, Milou et le Capitaine Haddock partent à leur recherche…

TINTIN ET LES ORANGES BLEUES (1964)

Dans ce film réalisé par Philippe Condroyer, nous retrouvons l’acteur Jean-Pierre Talbot qui jouait déjà le rôle du reporter belge dans Tintin et le mystère de la toison d’or. Ce long-métrage n’est pas non plus adapté d’un album de Hergé et bénéficie d’un scénario original: le professeur Tournesol reçoit de son confrère espagnol Zallaméa, une orange bleue fluorescente censée bouleverser la culture des agrumes. Un soir, le fruit est subtilisé et Zallaméa est enlevé du côté de Valence. Tintin, le Capitaine Haddock et le professeur Tournesol décident d’enquêter sur ces deux affaires qui semblent liées.

TINTIN ET LE TEMPLE DU SOLEIL (1969)

Adapté de la bande dessinée éponyme ainsi que de l’album Les Sept Boules de cristalTintin et le Temple du soleil relate l’histoire du professeur Tournesol, qui commet un sacrilège en glissant le bracelet de la momie Rascar Capac autour de son poignet. Il est alors kidnappé et emmené en Amérique du Sud. Tintin et ses amis partent à sa recherche dans des aventures qui les mèneront au cœur du Pérou, jusqu’au Temple du Soleil!

TINTIN ET LE LAC AUX REQUINS (1972)

Ce long-métrage n’est pas inspiré d’un album de Hergé: le scénario a été écrit par Greg, collaborateur au sein des Studios Hergé. Dans Tintin et le lac aux requins, le professeur Tournesol vient de mettre au point une invention permettant de reproduire tous les objets à volonté. Tintin, Milou et le Capitaine Haddock vont s’opposer aux projets de l’infâme Rastapopoulos très intéressé par la découverte du professeur.

LES AVENTURES DE TINTIN: LE SECRET DE LA LICORNE (2011)

Alors qu’il avait quitté nos écrans depuis quelques années, Tintin a repris vie en 2011 grâce à Steven Spielberg. Ce long-métrage d’animation en motion capture, produit par Peter Jackson, est adapté de trois albums de Hergé: Le Secret de la LicorneLe Crabe aux princes d’or et Le Trésor de Rackham le Rouge. Dans ce film, lorsqu’il achète la maquette d’un bateau appelé la Licorne, Tintin se retrouve entraîné dans une fantastique aventure à la recherche d’un fabuleux secret.

 

UN NOUVEAU FILM EN PRÉPARATION

Ce 10 janvier 2019, date d’anniversaire de Tintin, Benoît Mouchart, le directeur éditorial des éditions Casterman, a annoncé qu’un deuxième film du duo Jackson-Spielberg était en préparation. Si le projet vient d’être confirmé, aucune information concernant le scénario n’a cependant été dévoilée… « Il y a plusieurs pistes. Ça pourrait être un mélange du sceptre d’Ottokar et de l’Affaire Tournesol, Objectif Lune, On a marché sur la Lune… », a confié Benoît Mouchart, sans en dire trop.

SORTIES | Nicky Larson ne craint personne !

France – 2019
Sortie en Belgique : 13/02/2019
Genre(s) : Comédie, Policier
Réalisé par : Philippe Lacheau
Avec : Philippe Lacheau, Élodie Fontan, Tarek Boudali
Distribution : sony pictures releasing

Nicky Larson est le meilleur des gardes du corps, un détective privé hors-pair. Il est appelé pour une mission à hauts risques : récupérer le parfum de Cupidon, un parfum qui rendrait irrésistible celui qui l’utilise…

Magritte 2019 | Le palmarès

img_9865

Animée avec beaucoup d’humour par le Maître de Cérémonie Alex Vizorek, la 9ème Cérémonie des Magritte du Cinéma s’est déroulée ce samedi 2 février dans la salle Gold Hall du SQUARE à Bruxelles. Présidée par Vincent Patar et Stéphane Aubier, cette soirée a récompensé les talents du cinéma belge, en présence de nombreux invités.

Voici le palmarès :

MEILLEUR FILM
Nos batailles de Guillaume Senez, produit par Isabelle Truc (Iota Production)

MEILLEUR PREMIER FILM
Bitter flowers d’Olivier Meys, produit par Valérie Bournonville et Joseph Rouschop (Tarantula)

MEILLEURE RÉALISATION
Nos batailles : Guillaume Senez

MEILLEUR FILM FLAMAND
Girl de Lukas Dhont, produit par Dirk Impens (Menuet)

MEILLEUR FILM ETRANGER EN COPRODUCTION
L’homme qui tua Don Quichotte de Terry Gilliam, coproduit par Sébastien Delloye (Entre Chien et Loup)

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL OU ADAPTATION
Girl : Lukas Dhont, Angelo Tijssens

MEILLEURE ACTRICE
Tueurs : Lubna Azabal (rôle : Lucie Tesla)

MEILLEUR ACTEUR
Girl : Victor Polster (rôle : Lara)

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE
Nos batailles : Lucie Debay (rôle : Laura)

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE
Girl : Arieh Worthalter (rôle : Mathias)

MEILLEUR ESPOIR FEMININ
Nos batailles : Lena Girard Voss (rôle : Rose)

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN
L’échange des princesses : Thomas Mustin (rôle : Duc de Condé)

MEILLEURE IMAGE
Laissez bronzer les cadavres : Manu Dacosse

MEILLEUR SON
Laissez bronzer les cadavres : Yves Bemelmans

MEILLEURS DECORS
Laissez bronzer les cadavres : Alina Santos

MEILLEURS COSTUMES
Bye bye Germany : Nathalie Leborgne

MEILLEURE MUSIQUE ORIGINALE
Au temps où les Arabes dansaient : Simon Fransquet

MEILLEUR MONTAGE
Nos batailles : Julie Brenta

MEILLEUR COURT METRAGE DE FICTION
Icare de Nicolas Boucart, produit par Julie Esparbes et Anthony Rey (Hélicotronc)

MEILLEUR COURT METRAGE D’ANIMATION
La bague au doigt de Gerlando Infuso, produit par Annabella Nezri (Kwassa Films)

MEILLEUR DOCUMENTAIRE
Ni juge ni soumise de Jean Libon et Yves Hinant, produit par Patrick Quinet (Artémis Productions)

 

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer